Mot de la Présidente

Printemps 2020

Après presque quatre années d’existence l’association Océanide se lance dans une nouvelle aventure, celle de la mise en ligne de son site internet.
Créée en juillet 2016, l’association s’est formée à partir d’un collectif d’historiens locaux passionnés d’histoire maritime locale et de belles photos de navires et de vie à bord.

Une époque en particulier a rassemblé les compétences des uns et des autres. Il s’agit de celle des dix ou vingt dernières années du cabotage à la voile qui s’est interrompue brusquement à la déclaration de la deuxième guerre mondiale. L’histoire des équipages de ces goélettes et dundées est encore très vivante dans la mémoire des familles du littoral trégorrois, ce qui a permis à Océanide de consacrer sa toute première exposition à la vie de ces marins jeunes et dynamiques qui continuaient la tradition ancestrale de commerce par voie de mer entre la Grande-Bretagne et sa petite cousine.

Océanide a eu accès à deux collections de photos remarquables que nous avons trouvées des deux côtés de la Manche. La première regroupe les photos prises par le Gallois Jack K. Neale (1910-2001) au long des années 1930. Sa famille était propriétaire d’une flottille de chalutiers ultra-modernes pour l’époque, chalutiers à vapeur puis au diesel, mais l’oeil de Jack Neale s’attardait sur les belles goélettes qui venaient s’amarrer au bassin ouest de Cardiff, juste sous le bureau où il travaillait. Témoigne de son admiration le fait qu’il a pris plus de 120 photos de navires bretons à ou près de Cardiff mais seulement une vingtaine des bateaux de pêche de l’entreprise Neale & West.
L’autre collection provient d’Ernest le Foricher, capitaine-armateur de la goélette Roscovite et précède celle de Neale d’une dizaine d’années.
Au-delà de leurs remarquables qualités documentaires et artistiques, il est intéressant de mettre en parallèle ces deux collections pour souligner les points de vue respectifs des deux photographes : Neale met l’accent sur les lignes élégantes des navires, leur performance, le labeur des marins, les naufrages aussi parfois, tandis que Le Foricher met d’abord en scène les hommes, les moments de détente que procurent les escales ou le retour au port d’attache, lorsque la famille monte à bord. Au premier, la vision protestante de la valeur rédemptrice du travail, au second la vision catholique du même thème. On me reprochera peut-être ces références à la religion en ce domaine, mais elles sont d’abord culturelles et, puisqu’un ‘Mot de la Présidente’ m’est demandé, j’en profite pour y rajouter cette note subjective et personnelle.

Une sélection de photos de Jack Neale a fait l’objet d’une grande exposition à l’Assemblée nationale galloise à Cardiff en août 2019. Une trentaine de photos grand format, sous les regards croisés de Neale et de Le Foricher, sont disponibles auprès de l’association en vue d’organiser des expositions itinérantes en Bretagne, dont plusieurs ont déjà eu lieu. Il s’agit de photos sur Dibond avec légende uni (français), bi (+ breton), tri (+ anglais) voire quadrilingue (+ gallois). Une plaquette est disponible et nous organisons aussi des diaporamas autour de ce thème. Il suffit de nous contacter pour connaître les conditions d’organisation.

L’autre projet qui vient tout juste de se concrétiser et qui concerne encore ces navires est celui de la publication par Coop Breizh de la traduction du manuscrit de Jack K. Neale, traduction largement augmentée d’articles et de photos provenant de la collection Neale et de nombreuses autres.
‘Goélettes bretonnes, les belles heures du cabotage’ est disponible à partir de la mi-mai dans les librairies ou sur le site de Coop Breizh pour 25 euros.

Toujours dans l’avenir immédiat, Océanide propose, en partenariat avec la Mairie de Tréguier, de faire une promenade le long du Guindy et du Jaudy. De la passerelle St François à la brasserie Philomenn, une quarantaine de photos, avec titre en trilingue (français, breton, anglais) vous sont proposées. Elles retracent l’histoire du port de Tréguier. Cette exposition en plein air est prévue pour la St Yves 2020. Si la crise sanitaire actuelle ne vient pas compliquer les choses, Océanide proposera aussi des causeries et visites guidées pendant les mois d’été.

Il n’a été ici question que de certains projets en cours. D’autres ont vu le jour mais sont terminés (participation à l’inventaire du patrimoine maritime en association avec la Région Bretagne, publication d’ouvrages par plusieurs membres du C.A.) Vous retrouverez toutes ces activités sur ce tout nouveau site internet qui s’étoffera au fil des mois. N’hésitez pas à nous rejoindre, à nous contacter, à nous faire partager vos archives personnelles, à proposer des témoignages etc.

Ce nouveau site est une bouffée d’air et nous ne pouvons que souhaiter bon vent à ce nouvel outil de communication et d’information sur lequel je lance une bouteille de champagne virtuelle en tant que marraine auto-désignée.

Jacqueline Gibson