Roger Perrot raconte sa vie de marin et d’entrepreneur Entretien avec Jean Pierre Guyader , journaliste à Radio Kreiz Breizh

La sortie du livre « Escales de ma vie », biographie consacrée à Roger Perrot, ancien marin breton (ce livre a été édité grâce à l’association Océanide de Tréguier) n’a pas échappé à la vigilance de Jean-Pierre Guyader, journaliste à RKB (Radio Kreiz Breiz).

Roger Perrot, à gauche, Jean-Pierre Guyader, journalistePhoto : Jean-Pierre Le Dantec
Il est venu récemment enregistrer l’ancien marin, officier de marine et créateur de l’actuelle entreprise COPER-MARINE située à Trédarzec où demeure Roger, une grande figure de Trédarzec et du pays de Tréguier.
Jean-Pierre Guyader a interrogé l’ancien marin, il aura bientôt 86 ans. Il a passé son enfance à Mantallot où il a été scolarisé.
Les affaires en breton
Naturellement, il ne parlait pas le français lorsqu’il est allé à l’école. Roger n’a jamais été maltraité pour son breton qui surgissait naturellement en classe, mais il a tout de même eu l’occasion, de nombreuses fois, l’obligation de conjuguer la phrase suivante à tous les temps et tous les modes : « Je ne parlerai plus breton à l’école ».
La contrainte vécue à l’école primaire n’a pas fait mourir sa langue maternelle, il la parle couramment et avec une grande aisance.
Il a d’ailleurs traité de nombreuses affaires dans sa langue avec ses clients.
La mer à 9 ans
On a du mal à imaginer cela aujourd’hui. Roger a vu la mer pour la première fois, il avait 9 ans. Après avoir eu son Certificat d’Études Primaires, il a été admis à l’école des mousses de Tréguier, il avait 14 ou 15 ans, ce devait être en 1951 ou 1952.
La formation permettait d’acquérir toutes les compétences à la navigation, le travail du mécanicien,de charpentier, le matelotage, les épissures… À la sortie de l’école, il pouvait naviguer soit sur des bateaux à voile ou à moteur, il avait à peine 16 ans lorsqu’il a embarqué pour la 1ère fois.
Après avoir navigué 60 mois, et à l’âge de 24 ans, il fait l’école des officiers de Paimpol. Pendant 12 ans, il a parcouru les mers et sur des bateaux très différents, un jour, il pose pied à terre, arrête la navigation au long cours.
Pêcheurs puis navigateurs
Il achète un commerce de sable avec son frère, c’est à partir de là que sa vie va s’inscrire dans l’économie locale, les affaires vont bien, et Roger, toujours avec son frère, achète l’ancien moulin où se trouve actuellement la COPER-MARINE.
L’affaire va se développer, évoluer, l’offre commerciale lui permet dans un premier temps de répondre à des pêcheurs, puis à des navigateurs. Viendra le temps de la plaisance, des cirés, des vêtements de grande qualité qu’on connaît au magasin.
C’est toute cette carrière qui a été explorée par Jean-Pierre Guyader.
Le port de Keraret
Roger, naturellement n’omettra pas d’évoquer un grand moment de sa vie, son combat pour la création d’un port en eau profonde dans l’estuaire du Jaudy, au lieu dit « Keraret » dont on connaît l’issue. Il avait fédéré 53 élus pour ce projet.
Le livre, point de départ de l’interview, expose en détail ce projet exceptionnel et passionnant pour l’histoire économique du département (p.156), « La lutte pour un port en eau profonde à Plouguiel ».
L’émission a permis de découvrir un homme qui a fait l’histoire locale, un homme créatif, en prise avec les réalités économiques, lucide sur le fonctionnement du pouvoir.
Article Presse d’Armor par Jean-Pierre Le Dantec
Émission à écouter en podcast sur RKB (Radio Kreiz Breiz)https://www.radiobreizh.bzh/medias/...